Juin 2017
DimLunMarMerJeuVenSam
    123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930 

Calendrier Calendrier

Statistiques
Nous avons 280 membres enregistrés
L'utilisateur enregistré le plus récent est cobaye

Nos membres ont posté un total de 28748 messages dans 1573 sujets
Connexion

Récupérer mon mot de passe


[BIO] Label / Studio - Studio One (JA)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[BIO] Label / Studio - Studio One (JA)

Message  Shroomiz le Ven 3 Oct - 14:37

Studio One est le label discographique créé à Kingston en 1962 par le producteur jamaïcain Clement Seymour Dodd, dit Coxsone. Il peut être considéré comme le label historiquement le plus important de la production musicale jamaïcaine. Dans ces lieux les plus belles pages de l'histoire — et pour certains de la "proto-histoire" — du reggae-dub ont été écrites. C'est un peu l'homme sans qui rien de tout cela ne serait arrivé…

Coxsone est né en 1932 à Kingston, en Jamaïque, mais tout commence en 1954. Grand amateur de jazz et de rhythm'n'blues, il décide de monter son propre sound system : Sir Clement Downbeat. Débutant avec des disques de jazz, rhythm'n blues ou boogie qu'il importe lui-même des États-Unis, il grave quelques années plus tard ses propres productions, enregistrées avec des musiciens locaux, sur des dubplates, disques tirés à un seul exemplaire, destinés uniquement à être passés lors des soirées de son sound system. En effet, aux USA, les productions R&B noires appréciées par le public jamaïcain deviennent de plus en plus rares, éclipsées par le rock'n roll blanc.

C'est seulement en 1959 qu'il produit ses premiers 45 tours destinés à la commercialisation. Il s'agit, entre autres, d'artistes comme Theophilus Beckford (pianiste chanteur), Delroy Wilson. C'est la naissance de l'industrie musicale jamaïcaine. En 1962 apparaît un nouveau style : le ska. C'est cette même année que Dodd fonde son studio d'enregistrement, à Kingston, sur Brentford Road : Studio One. Son groupe de musiciens compte des légendes telles que le tromboniste Don Drummond, les saxophonistes Tommy McCook, Roland Alphonso, le trompettiste Johnny "Dizzy" Moore, ou encore le jeune organiste Jackie Mittoo, sans oublier la paire rhythmique Lloyd Knibbs (dr) et Lloyd Brevett (contrebasse). En 1964, ce groupe prend le nom de "The Skatalites". Au cours des années 60 (les années ska, puis rocksteady) Studio One enregistre nombre d'artistes jamaïcains de premier plan : Bob Marley & The Wailers, Ken Boothe, The Skatalites, Marcia Griffiths, The Heptones.

Le reggae ne fera son apparition qu'à la fin des années soixante… Mais Duke Reid (Trojan) est déjà en place ! Pour le concurrencer, Coxsone traque des exclusivités et s'adjoint les services de toasters, techniciens et "dénicheurs de talents" : Prince Buster, King Stitt (the ugly one), et Lee Scratch Perry. Cette logique l'amène à produire des artistes locaux, à presser des disques et à ouvrir une boutique au 13 Brentford Road ; rue qui portera son nom des décennies plus tard. Cette logistique transforme Coxsone en "parrain" du reggae lorsque les temps sont venus. Dans les années 70, âge d'or du reggae, tous les grands noms ont défilé chez lui et posé leurs "lyrics" sur ses riddims : Burning Spear, Delroy Wilson, The Gladiators, John Holt, Prince Jazzbo, Sugar Minott, The Wailing Souls… Et les albums qui en découlent restent caractéristiques avec leur son bien roots, si ce n'est "rough"… De la basse, très amplifiée. Une batterie qui dévide le tempo. Le clavier marque le skank. Des cuivres pour la couleur. Et un peu de réverbe. Il est à l'origine d'un grand nombre de riddims considérés aujourd'hui comme des classiques : le "Real Rock", le "Rock Fort Rock", le "Declaration of Rights" ou encore le "Still In Love".

Le dub "version" Coxsone est économe d'effets. Il lui arrive aussi d'en signer sous le nom de Dub Specialist. Et ce, dès 1974 (Ital Sounds & System, Mello Dub). Ses créations dub (Bionic Dub, Hi Fashion Dub Top Ten, African Rub A Dub, etc.), tout comme ses productions reggae donneront le "la" jusqu'au début des années 80s. Les changements politiques, sociaux et musicaux (fin du reggae-roots, début du dancehall) qui interviennent à cette période charnière l'incite à s'exiler aux Etats-Unis où il poursuit ses activités à New York. 15 ans plus tard, il est de retour et ré-ouvre son antre où il trouve la mort, le 5 mai 2004, fauché par une crise cardiaque. Les labels Heartbeat et surtout Soul Jazz Records rééditent ses productions qui ont élevé le reggae-dub au rang de l'art.






Formations du studio

Dans les années 50, les différentes formations travaillant et enregistrant pour Coxsone Dodd sont dans un premier temps: The Joe Williams Band, The All Stars et The Blues Blasters qui sont habituellement dirigés par Cluett Johnson (basse). Le groupe, avec des musiciens comme Theophilus Beckford (piano et chant), Roland Alphonso (saxophone) ou encore Rico Rodriguez (trombone), jouent essentiellement du rhythm and blues.

Dans la période de 1959 à 1963 ce seront des formations comme Roland And His Alley Cats ou His Upsetters, Don Drummond And His Greenlanders, Studio One Band et Monty And The Cyclones vers 63, 64, Tommy McCook And His Group, ces formations regroupant peu ou prou les mêmes musiciens avec des leaders différents.

Vers la fin 64 "The Skatalites" (écrit Ska-Talites) et vers la fin de 1965 avec l'internement de Don Drummond émergent les "Soul Brothers".

Début 1967, suit un autre changement avec le rocksteady et les Soul Vendors, les Soul Defenders, The New Establishment ou les Sound Dimension. Dans le début des années 70 les formations s'appellent The Brentford Road Disco Set et les Underground Vegetables.


Sources : wikipedia, fluctuanet, slide
Site Web S1: http://studio1style.com/index.php




Discographie sélective
sélections parmi les LP originels: par ordre alpha indistinctement des périodes et des styles
- Dennis Alcapone: Forever Version
- Horace Andy: Skylarking
- Ken Boothe: Mr. Rock Steady
- Ken Boothe: A Man And His Hits
- Burning Spear: Studio One Presents Burning Spear
- Burning Spear: Rocking Time
- The Cables: What Kind Of World
- Carlton & The Shoes: Love Me Forever
- Dillinger: Ready Natty Dreadie
- Don Drummond: 100 Years Later
- Don Drummond: Best Of
- Don Drummond: In Memory Of
- Alton Ellis: Sings Rock And Soul
- Ethiopian: Everything Crash
- Gladiators: Presenting
- Heptones: The Heptones
- Heptones: On Top
- Lone Ranger: Badda Dan Dem
- Freddie McGregor: Bobby Bobylon
- Freddie McKay: Picture On The Wall
- Michigan & Smiley: Rub A Dub Style
- Sugar Minott: Live Loving
- Sugar Minott: Showcase
- Jackie Mittoo: Showcase
- Jackie Mittoo (& The Soul Vendors): Evening Time
- Jackie Opel: Cry Me A River
- Johnny Osbourne: Truths And Rights
- Prince Jazzbo: Choice Of Version
- Skatalites: Ska Authentic
- Slim Smith: Born To Love
- Soul Vendors: On Tour (pas un live comme on pourrait le croire)
- Wailing Souls: Wailing Souls
- Wailing Souls: Soul And Power
- Willie Williams: Armagideon Time
- Delroy Wilson: The Best Of

- Various: All Star Top Hits (la toute première compil éditée par Coxsone, voire le 1er LP)
- Various: Battle Of The DJ's / Dance Hall Style
- Various: Best Of Studio One Vol. 1 (Heartbeat, 1983)
- Various: Best Of Studio One Vol. 2 - Full Up (Heartbeat, 1985)
- Various: Best Of Studio One Vol. 3 - Downbeat The Ruler (Heartbeat, 1988)
- Various: Get Ready Rock Steady
- Various: History Of Ska Vol. 1
- Various: History Of Ska Vol. 2
- Various: Oldies But Goodies Vol. 1
- Various: Oldies But Goodies Vol. 2
- Various: Pirates Choice
- Various: Ska Authentic Vol. 1
- Various: Ska Authentic Vol. 2
- Various: Studio One Showcase Vol. 1
- Various: Studio One Showcase Vol. 2
- Various: Studio One Showcase Vol. 3

--> j'vous laisse voir pour les Dub Specialist !!! (tout ou rien !)

et une curiosité:
- Jazz Jamaica From The Workshop (be-bop instrumentals avec, entre autres, Ernest Ranglin, Don D, Tommy McCook et Rolando Alphonso !)

Pour les rééditions, se concentrer comme écrit plus haut sur les labels Soul Jazz (compil thématiques) et Heartbeat (des compils de toutes les époques et des albums d'artistes avec + ou - de bonus tracks). Les CD réédités par Coxsone sont globalement à éviter: son de m...., overdubs douteux, remix inutiles et dévoyés. Par exemple, préférer la rééd Heartbeat des 7" de Spear plutôt que les CD réédités par Coxsone des albums originaux.


Merci à slide pour la discographie et les précisions qui vont avec Wink

Shroomiz
Admin

Nombre de messages : 1379
Age : 34
Localisation : plaine picarde
Date d'inscription : 24/09/2008

http://reggaerootsforum.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum