Décembre 2016
DimLunMarMerJeuVenSam
    123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031

Calendrier Calendrier

Statistiques
Nous avons 280 membres enregistrés
L'utilisateur enregistré le plus récent est cobaye

Nos membres ont posté un total de 28748 messages dans 1573 sujets
Connexion

Récupérer mon mot de passe


L'influence du Trombone Jamaiquain dans le Jazz

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

L'influence du Trombone Jamaiquain dans le Jazz

Message  vil1 le Dim 8 Fév - 23:58

Pour slide (et les autres!)

Je prépare une émission radio spéciale sur Vin Gordon et l'influence du Jazz Jamaiquain.

Je voudrais accès mon analyse sur son apprentissage, sa position dans le temps (en studio dès 1964), enfant de l'alpha boys school et contemporain de Don Drummond.
Je pense que sa technique aura influencé les nouvelles générations de Tromboniste et qu'il représente au même titre que Jay Jay Johnson musicien de Count Bassy ou Curtis Fuller originaire de Jamaique et musicien de John Coltrane à la fin des années 60, cette nouvelle génération qui a su faire évoluer le trombone sur des rythmes plus rapide, en créant une nouvelle technique de jeux.

Il parait que t'es un spécialiste, je préfére avoir un double avis sur la question.

Cordialement,
Toute aide est appréciée.

vil1
Belle carrière en vue

Nombre de messages : 7
Date d'inscription : 08/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'influence du Trombone Jamaiquain dans le Jazz

Message  Shroomiz le Lun 9 Fév - 10:44

Salut vil1.

A noter qu'il y a déjà des traces de vélocité et de vitesse au trombone dans le swing des années 1930 avec J.C. Higginbotham, Trummy Young, Jack Teagarden. Ces derniers ont du inspiré la génération des Fuller & co après avoir été eux-mêmes inspirés par le jeu tailgatestyle de la Nouvelle-Orléans qui a permis au tromboniste de "s'affranchir" de son rôle au sein de l'orchestre (même si le trombone sera rarement un instrument vedette).

Mais attendons les idées glissantes


Dernière édition par Mighty-Shroomiz le Lun 9 Fév - 19:05, édité 1 fois

Shroomiz
Admin

Nombre de messages : 1379
Age : 33
Localisation : plaine picarde
Date d'inscription : 24/09/2008

http://reggaerootsforum.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'influence du Trombone Jamaiquain dans le Jazz

Message  slide le Lun 9 Fév - 11:09

Tout d'abord, belle initiative vil1 (vilun ? vilone ?) que d'aborder cette facette de la musique yardie, son accointance avec le jazz. Qui plus est, à travers cette caste bien particulière que sont les trombonistes, rarement sur le devant de la scène.

Alors, direct dans le vif du sujet.

Pour être franc, je ne vois aucune influence du trombone yardie, ni d'ailleurs de la musique jamaicaine, sur le jazz (je parle de la période années 50 jusqu'à fin 60's).

A part, bien sûr, Don Drummond, seul tromboniste (voir instrumentiste) ayant eu une belle notoriété dans le milieu du jazz hors Jamaïque. Mais Don D n'a pas influencé le jazz. Plutôt l'inverse. Don D a été reconnu aux US (dans le milieu des initiés abonnés au mag Downbeat, leur Natty Dread à eux lol !) pour sa technique, son approche de l'instrument, son inspiration, sa sensibilité, sa capacité à improviser, ses compositions, bref pour son génie. Ni Rico, ni Vin ne peuvent être mis dans le même panier.

Pour Rico, et en faisant simple: il nous a bien souvent joué du jazz en "privé", mais pour le fun, pas pour l'esprit. Il le dit et le répète d'ailleurs: le jazz est une influence pour lui, bien sûr, mais mineure en regard de sa vision musicale vraiment "afro-caraïbaine". Il aborde le jazz comme un exercice de style, mais, toujours selon ses déclarations, il n'a jamais produit dans ses enregistrements studios quoique ce soit orienté jazz ("man, me play strictly jamaican music"). Avis perso, je trouve d'ailleurs qu'il a plutôt un jeu "blues".

Vin Gordon, est simplement le fils spirituel de Don D. Pas pour rien qu'il se fait appeler justement Don D Junior. Et il le revendique haut et fort ! Pour le reste, pas sûr que le jazz soit sa tasse de thé. Strictly yardie, le Junior !

Quant à être contemporain de Don D, je te laisse juge:

- Don D est né le 12 mars 1932 (source: Hélène Lee et surtout pas, au secours, Ragga "ragot" mag)
- Rico est né le 17.10.1934 (source: son passeport)
- Vin est né le 4.8.1949 (source: booklet "Gordon In De Garden")

Enfin, pour ce qui est de Curtis Fuller et J. J. Johnson.

J. J. musicien de Count Basie. Oui, mais au tout début de sa carrière. Et il restera dans les mémoires plutôt comme un activiste de la cause be-bop au côté de Charlie Parker (dès 1947), ce qu'il n'aurait pas vraiment pu développer chez le Comte Wink .

Curtis Fuller et John Coltrane, plutôt fin 50's. Fin 60's, JC était parti dans les limbes interstellaires (au figuré d'abord, au propre ensuite et malheureusement). Mais fin 50's, Curtis a enregistré sur Blue Note une splendeur avec Coltrane et, inversément., Coltrane figure sur quelques enregistrements Savoy avec Fuller. Enfin, je ne vois pas ce que les origines jamaicaines de Fuller (né aux States par ailleurs) ont à voir avec son jazz.

Le débat est ouvert.

P.S pour Shroom: on dit "coulissante", pas "glissante" ! Razz


Dernière édition par slide le Lun 9 Fév - 13:10, édité 1 fois

slide
Producer

Nombre de messages : 582
Localisation : dans la coulisse
Date d'inscription : 01/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'influence du Trombone Jamaiquain dans le Jazz

Message  natty le Lun 9 Fév - 11:19

Mighty-Shroomiz a écrit:
les années 1930 avec J.C.

on dit pas les années 1930 avant J.C.?

désolé de pourrir le débat, mais je n'y connaît rien en trombone à part ce que mes oreilles entendent

_________________
Like a Star @ heaven

natty
Reggae Star

Nombre de messages : 2444
Age : 44
Localisation : BZH toujours tout au bout
Date d'inscription : 01/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'influence du Trombone Jamaiquain dans le Jazz

Message  Slengteng le Lun 9 Fév - 14:05

Moi idem, c'est pour cela que je m'abstiens de répondre à part pour dire que j'aime beaucoup ce son. Very Happy

Par contre je lis toute la discussion avec intérêt...

Slengteng
Reggae Star

Nombre de messages : 1642
Age : 31
Localisation : Occitània
Date d'inscription : 03/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'influence du Trombone Jamaiquain dans le Jazz

Message  Groovybass le Lun 9 Fév - 19:04

Very Happy J'adore les analyses musicales de Slide !

Groovybass
Reggae Star

Nombre de messages : 1677
Age : 32
Localisation : pays de Lorient (Breizh)
Date d'inscription : 03/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'influence du Trombone Jamaiquain dans le Jazz

Message  tida le Lun 9 Fév - 19:39

vil1 a écrit:Pour slide (et les autres!)

Je prépare une émission radio spéciale sur Vin Gordon et l'influence du Jazz Jamaiquain.

Je voudrais accès mon analyse sur son apprentissage, sa position dans le temps (en studio dès 1964), enfant de l'alpha boys school et contemporain de Don Drummond.

ca tombe bien ce sujet parce qu'une question me turlupine depuis un certain temps... j'ai jamais pris le temps de la poster sur Natty Dread. En espérant que ça dévie pas trop du topic initial.
Bon nombre d'artistes Jam de la période d'or du roots et même un peu avant disons dans les années 60-80 pour faire large sont sorti de cette école l'alpha boy school. On parle de musiciens (Don D , horsemouth etc) mais aussi il me semble en espérant ne pas dire de bêtises des chanteurs comme Apple des Israel Vibration. Du coup la question est simple est ce qu'il y a un facteur précis pour expliquer pourquoi cette école a été une vraie pépinière de musiciens pendant presque 2 décennies sans que cela perdure par la suite? Simple changement dans l'organisation des programme scolaires, mort d'une personnalité pilier, époque/marché musical différent? bref si quelqu'un a une idée sur la question ça m'intéresse... et j'espère que ça intéressera Vil1 par la même occasion Rolling Eyes

tida
Producer

Nombre de messages : 608
Age : 37
Localisation : trop loin dans les terres
Date d'inscription : 05/11/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'influence du Trombone Jamaiquain dans le Jazz

Message  natty le Lun 9 Fév - 19:43

je dirais époque/marché musical différent
parce que des musiciens il y en a toujours aujourd'hui à l'alpha Boys School (des trombonistes aussi sûrement)

_________________
Like a Star @ heaven

natty
Reggae Star

Nombre de messages : 2444
Age : 44
Localisation : BZH toujours tout au bout
Date d'inscription : 01/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'influence du Trombone Jamaiquain dans le Jazz

Message  Groovybass le Lun 9 Fév - 19:48

Je ne suis pas spécialiste mais je dirais que c'est le marché musical qui a changé. On hésite à payer un groupe de musiciens quand on peut créer de la musique sur ordinateur... Sad

Mais comme dit Jahnatty des musiciens il y en a toujours, c'est juste qu"on les entend moins !

Groovybass
Reggae Star

Nombre de messages : 1677
Age : 32
Localisation : pays de Lorient (Breizh)
Date d'inscription : 03/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'influence du Trombone Jamaiquain dans le Jazz

Message  TomTom le Lun 9 Fév - 19:55

Ben je me rappelle de certains concerts (sait plus trop mais genre une tournée sugar, tonny tuff... et une des "reformation" des Skatalites, entre autre) ou il était dit que les jeune musiciens avait été formé à l'Alpha school.

Aprés comme le dit natty autre époque autre marché...

Sinon je me il me semble que Soeur Ignatius est décédée y a 4/5 ans... soit bien aprés la "relégation" des musiciens au second (3ème) rang...

TomTom
Producer

Nombre de messages : 665
Age : 38
Localisation : Pon di dancehall
Date d'inscription : 14/11/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'influence du Trombone Jamaiquain dans le Jazz

Message  natty le Lun 9 Fév - 20:08

cet album date de quelques années déjà, mais il est la preuve qu'il y a toujours des zicos à l'alpho Boys School
http://www.alphaboysschool.com/cds.htm

on doit toujours pouvoir le commander et donc aider cet école par la même occasion

edit: soeur Ignatus est décédée en 2003

et Dizzy en 2008
Cedric Brooks est vivant dieu merci

_________________
Like a Star @ heaven

natty
Reggae Star

Nombre de messages : 2444
Age : 44
Localisation : BZH toujours tout au bout
Date d'inscription : 01/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'influence du Trombone Jamaiquain dans le Jazz

Message  tida le Lun 9 Fév - 20:14

Wiki dit qu'actuellement les musiciens de l'alpha boys school finissent souvent au Jamaica Military Band (9 musiciens de ce military band sur 10 seraient tout droit sorti de l'alpha... triste époque Sad )

tida
Producer

Nombre de messages : 608
Age : 37
Localisation : trop loin dans les terres
Date d'inscription : 05/11/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'influence du Trombone Jamaiquain dans le Jazz

Message  slide le Lun 9 Fév - 20:16

on dévie méchamment les gars ! alpha school est un sujet en soi, de même que pourquoi il y a eu pléthore de musiciens sortis de cette école toute particulière et que la source s'est tarie

edit:
et on a trouvé quelques jeunes alpha boys dans le jamaica all-stars, pas dans les skat

slide
Producer

Nombre de messages : 582
Localisation : dans la coulisse
Date d'inscription : 01/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'influence du Trombone Jamaiquain dans le Jazz

Message  tida le Lun 9 Fév - 20:18

slide a écrit:on dévie méchamment les gars ! alpha school est un sujet en soi, de même que pourquoi il y a eu pléthore de musiciens sortis de cette école toute particulière et que la source s'est tarie


Embarassed flower

tida
Producer

Nombre de messages : 608
Age : 37
Localisation : trop loin dans les terres
Date d'inscription : 05/11/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'influence du Trombone Jamaiquain dans le Jazz

Message  vil1 le Lun 9 Fév - 23:17

Merci pour vos réponses. Mon pseudo c'est vilain.

En effet
l'alpha boys school n'est pas à l'origine de ma question. Et je vous
invite à ouvrir un nouveau sujet sur cette prestigieuse méthode
d'enseignement.

Merci pour l'analyse, mais il reste des zones
d'ombre, et surtout des choses qui me paraissent un peu inexacte dans
vos réponses.

1) Don Drummond et Vin Gordon
D D se suicide en
1969. Vin Gordon est bien vivant et il est crédité sur plusieurs
singles de 64 à 69 en compagnie de Don Drummond, sauf qu'il le dit lui
même il ne joue pas du Trombone à cette époque.
Plus tard il prendra la place du maitre certes.

2) Si l'on considère le Be Bop (après guerre donc > 1945) et l'accélération du rythme qu'il engendre

Comment définir l'usage du Trombone à coulisse face au Trombone à pistons à cette période ?
Si progrès il y a eu dans la technique de jeu à qui le doit-on ?
(il ne peut pas dater des années 30 mais bien d'après guerre donc > 1945 non ?)

3) Mon analyse que vous avez jeté aux horties

J'insiste pour être sur de bien me planter, et ainsi faire une emission au top de la vérité de la bouche des experts Smile

Je
ne connais pas assez bien le Jazz, mais j'ai toujours eu l'impression
que les vagues migratoires d'avant indépendance en Jamaïque, avait
ramené sur le sol américain des musiciens de talents (USA/Canada) avec
ce coté Caribéen (Haitiens/Jamaiquain/Martiniquais...) en plus.
C'est
pour celà que je cite une des références du genre pour illustrer mon
propos. Un musicien et vous serez d'accord je pense qui a 25 ans de
pratique quotidienne sur ce genre d'instrument trouve sa technique et
son inspiration dans sa tradition musicale.

Celle ci doit bien y etre pour quelques choses dans la pratique de son instrument et sa facon de jouer.

Dire
que le "Ska/Jazz" Jamaiquain a influencé les Etats Unis peut paraitre
grotesque pour un fan de Jazz, mais bizarrement elle semble très
crédible si les musiciens qui l'a joue sont pour certains d'origine
jamaiquaine non ?

Merci de remettre de l'ordre dans mes idées Smile

vil1
Belle carrière en vue

Nombre de messages : 7
Date d'inscription : 08/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'influence du Trombone Jamaiquain dans le Jazz

Message  slide le Mer 11 Fév - 6:42

vil1 a écrit:1) Don Drummond et Vin Gordon
D D se suicide en
1969. Vin Gordon est bien vivant et il est crédité sur plusieurs
singles de 64 à 69 en compagnie de Don Drummond, sauf qu'il le dit lui
même il ne joue pas du Trombone à cette époque.
Plus tard il prendra la place du maitre certes.
Don Drummond a été définitivement interné au Bellevue Hospital après le meurtre de sa girl-friend Marguerita dès janvier 1965 et il y est mort le 6 mai 1969 (suicide ? on a plutôt parlé de "mort mystérieuse", mais qui sait ? peut-être as-tu d'autres infos ?).

Vin, crédité sur quels singles en 1964 ? De ce que j'en sais, aurait démarré plutôt en 1965 (il apparaît avec les Skat sur plusieurs singles des Wailers). Et ses premiers grands solos, 1966 ? Quelques exemples de titres seraient bienvenus.

"en compagnie de Don Drummond, sauf qu'il le dit lui même il ne joue pas du Trombone à cette époque":
à ton avis, Don D serait donc sorti de l'asile psy pour quelques sessions avec vin ? tu as quelques titres ?

et vin ne jouerait pas de trombone ?, de la bombarde peut-être (sans ironie, juste une dédicace aux bretons du forum lol) ? je ne comprends pas bien.

"Plus tard il prendra la place du maitre certes":
... et il finit par tuer le père Suspect

la suite au prochain numéro

slide
Producer

Nombre de messages : 582
Localisation : dans la coulisse
Date d'inscription : 01/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'influence du Trombone Jamaiquain dans le Jazz

Message  slide le Mer 11 Fév - 6:49

vil1 a écrit:2) Si l'on considère le Be Bop (après guerre donc > 1945) et l'accélération du rythme qu'il engendre

Comment définir l'usage du Trombone à coulisse face au Trombone à pistons à cette période ?
l'accélération du rythme ne date pas des boppeurs, les big band (ellington, hampton, ...) pratiquaient déjà le fast style sur les dancefloor (cf. post de shroomiz)

franc, direct et abrupt: le trombone à piston, ça n'existe pas Laughing très très peu représenté en jazz (un des ses plus illustres "adeptes", Juan Tizol, a plutôt laissé des traces comme compositeur de Caravan, pas comme tromboniste), et il y a également Bob Brookmeyer)


Dernière édition par slide le Mer 11 Fév - 11:40, édité 1 fois

slide
Producer

Nombre de messages : 582
Localisation : dans la coulisse
Date d'inscription : 01/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'influence du Trombone Jamaiquain dans le Jazz

Message  slide le Mer 11 Fév - 10:52

vil1 a écrit:.. Je prépare une émission radio spéciale sur Vin Gordon et l'influence du Jazz Jamaiquain.

Je voudrais accès mon analyse sur son apprentissage, sa position dans le temps (en studio dès 1964), enfant de l'alpha boys school et contemporain de Don Drummond.
Je pense que sa technique aura influencé les nouvelles générations de Tromboniste et qu'il représente au même titre que Jay Jay Johnson musicien de Count Bassy ou Curtis Fuller originaire de Jamaique et musicien de John Coltrane à la fin des années 60, cette nouvelle génération qui a su faire évoluer le trombone sur des rythmes plus rapide, en créant une nouvelle technique de jeux...
Pour éviter tout malentendu, quand tu évoques "sa technique", tu penses à Don D ou à Vin ?

slide
Producer

Nombre de messages : 582
Localisation : dans la coulisse
Date d'inscription : 01/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'influence du Trombone Jamaiquain dans le Jazz

Message  slide le Mer 11 Fév - 12:58

vil1 a écrit:
Si progrès il y a eu dans la technique de jeu à qui le doit-on ?
(il ne peut pas dater des années 30 mais bien d'après guerre donc > 1945 non ?)
Je me fais aider par un article sur le trombone in jazz pour faire un panorama (réducteur évidemment) des trombonistes jazz à travers les âges (article de spécialiste, pas d'archiviste):

- au départ, New Orleans, tout début 20ème siècle: style rudimentaire directement inspiré des fanfares, pouvant être simple et direct (Kid Ory), ou sinuant pour le liant harmonique (Honoré Dutrey)

- années 20, New York, apparition du 1er grand technicien (selon les auteurs de l'article): Miff Mole - influence tous les solistes du moment (je connais pas bien ce Miff Mole ; quelques morceaux au son bien caverneux dû aux techniques d'enregistrement de l'époque, donc difficile à écouter, pas de rendu des nuances, etc)

- influencé donc par Mill Mole, Jimmy Harrisson (années 20, avec entre autre le Fletcher Henderson Orchestr) met au point un style novateur qui tient compte du phrasé développé (et imposé) par Louis Armstrong et des particularités propres au trombone

- années 30, J.C. Higginbotham: fougue et puissance alliée à vélocité, style majestueux influençant ses contemporains (Lawrence Brown que j'adore, soliste de longue durée chez Ellington) /

- dès années 30: Dickie Wells, étonnante souplesse des lèvres lui permettant une grande fantaisie sur l'embouchure (expressivité et nuances) / Jack Teagarden (que j'apprécie beaucoup, compagnon de route de Armstrong avant que Trummy Young ne le remplace) / Tommy Dorsey connu pour son registre aigu (moins ma tasse de thé) / Vic Dickenson et Trummy Young à la frontière du swing et du be-bop, conception assez libre du phrasé sans toutefois quitter le "carcan" du style années 30-early 40's)

- be-bop (> 1945): Bill Harris, par son approche technique des nouveaux systèmes harmoniques, ouvre les portes au be-bop avec J. J. Johnson (style rigoureux, voire austère) et Kai Winding (style plus souple)

- bop nuance cool (aka "postbop", 1948-1955): Urbie Green, Al Grey et Frank Rosolino (Rico en est particulièrement friand et ne manque jamais de le citer lorsqu'on cause trombonistes avec lui) travaillent la dynamique de l'instrument un temps négligée

- hard-bop (années 50): Curtis Fuller, Slide Hampton, Jimmy Knepper (un de mes préférés, chez Mingus, grave de grave !)

- free (mid 50's): entre autre, Grachan Moncur III, Roswell Rudd (associant un son "sale" et primitif aux éléments de liberté tonale et aux bruits), l'allemand Albert Mangelsdorff (grand improvisateur, compositeur complexe, chercheur sur l'instrument, en a développé considérablement les possibilités, par exemple les sons multiples permettant d'accéder à la polyphonie)

- les modernes tendance "free": George Lewis (pas simple !)

- les modernes tendance "free & funk": Ray Anderson (aussi un de mes grands chouchous, vu très souvent, dans des formations en tout genre, de solo à big band, avec des répertoires et des "concepts" variés, du free le plus barge au blues le plus lowdown, en passant par le funk urbain, le funk voodoo, les hommages rendus à toutes les époques du jazz, un grand quoi !, qui plus est, grand plombier qui s'ignore, faut le voir démonter l'instrument pour en tirer des sons/bruits décapants, excellent polyphonique s'octroyant le luxe de jouer avec 2 pavillons, d'une beauté divine et d'un humour musical flamboyant)

- les modernes tendances "école classique (bop quoi !) & ambiances latino": Steve Turre (également grand maître à souffler dans les coquillages), a enregistré 2-3 tunes avec les Skatalites "renewal", donc dans les 90's

Qu'en conclure ? A toi de jouer.

Quant à se faire un avis plus perso, reste plus qu'à écouter, y a que ça de vrai !

slide
Producer

Nombre de messages : 582
Localisation : dans la coulisse
Date d'inscription : 01/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'influence du Trombone Jamaiquain dans le Jazz

Message  slide le Mer 11 Fév - 14:08

vil1 a écrit:3) Mon analyse que vous avez jeté aux horties

J'insiste pour être sur de bien me planter, et ainsi faire une emission au top de la vérité de la bouche des experts Smile
Pas jetée aux orties, juste amené quelques rectifications dans le mélange temporel de ton 1er post Wink

Quant à expert, ben non, y a une palanquée de trombonistes que je ne connais pas, je ne suis pas musicien, juste un archiviste mélomane piqué à la découverte de Rico

slide
Producer

Nombre de messages : 582
Localisation : dans la coulisse
Date d'inscription : 01/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'influence du Trombone Jamaiquain dans le Jazz

Message  slide le Mer 11 Fév - 16:16

vil1 a écrit:... Je ne connais pas assez bien le Jazz, mais j'ai toujours eu l'impression que les vagues migratoires d'avant indépendance en Jamaïque, avait ramené sur le sol américain des musiciens de talents (USA/Canada) avec ce coté Caribéen (Haitiens/Jamaiquain/Martiniquais...) en plus.
C'est pour celà que je cite une des références du genre pour illustrer mon propos. Un musicien et vous serez d'accord je pense qui a 25 ans de pratique quotidienne sur ce genre d'instrument trouve sa technique et son inspiration dans sa tradition musicale.

Celle ci doit bien y etre pour quelques choses dans la pratique de son instrument et sa facon de jouer.

Dire que le "Ska/Jazz" Jamaiquain a influencé les Etats Unis peut paraitre grotesque pour un fan de Jazz, mais bizarrement elle semble très crédible si les musiciens qui l'a joue sont pour certains d'origine jamaiquaine non ?
Pour ramener des musiciens de talent sur sol américain, jusqu'en 70's, c'était certainement pas si simple. Il y avait peut-être une vague migratoire de musiciens yardies avant l'éclosion de la musique "moderne" proprement yardie (à partir de 1957). Mais le protectionnisme établi par les syndicats du show-biz aux US interdisait bien souvent l'accès au monde du jazz et des studios pour tout homme "non ricain", et je te dis pas, noir qui plus est !

Les premiers exemples significatifs, à ma connaissance, d'exil "réussi" sont Monty Alexander et Ernest Ranglin dans les 60's. Mais on ne peut pas dire qu'ils aient vraiment injecté dans leur jazz du yardie sound. Ils ont plutôt beaucoup gommé leur "jamaicanité" dans cette vision d'entrer pleinement dans le monde du jazz déjà bien codifié (hormis chez les "révolutionnaires" du free), Et ni Monty ni Ernest n'étaient des révolutionnaires. Plus tard, ils ont réinjectés leurs racines dans leurs productions, mais il a fallu plutôt attendre les années 80 pour ça (nota: tout en faisant le jazzman au US, Ernest revenait parfois faire quelques sessions à Yard; pour Monty, me semble pas que c'était le cas, tout occupé qu'il était à soigner sa belle notoriété "jazz").

Pour ce qui de la référence jamaïcaine de Curtis Fuller, j'insiste:
Fuller's parents were Jamaican and died when he was young; he was raised in an orphanage as a result. While in Detroit he was a schoolfriend of Paul Chambers and Donald Byrd, and also knew Tommy Flanagan, Thad Jones and Milt Jackson (wikipédia).
Donc, OK pour l'origine yardie de ses parents. Mais, pour ce qui est de ses racines à lui, rien dans les disques que je connais de lui (une 15zaine) ne montre la moindre évocation de son patrimoine génétique. Et c'est pas avec la compagnie de jazzeux citée dans l'article wiki qu'il pratiquerait le mento yardie bien trad, ou encore un ska échevelé ! Hard bop Mister Fuller.

Un musicien et vous serez d'accord je pense qui a 25 ans de pratique quotidienne sur ce genre d'instrument trouve sa technique et son inspiration dans sa tradition musicale.
Toujours Curtis Fuller donc ? Sa technique, il l'a plus sûrement abordée à travers l'éducation jazz à laquelle il aspirait que dans une tradition familiale qui pourrait bien avoir disparue avec la mort de ses parents. Devait pas être facile dans ce genre de situation de "traquer" ses roots, ça devait être déjà suffisamment difficile d'être orphelin.

Par contre, de part sa participation aux Messengers d'Art Blakey, Curtis a certainement dû croiser le fer avec une autre essentielle partie de la musique caraïbaine: l'afro cuban style intégré dans un bop "festif" par Dizzy Gillespie.

De côté des Caraïbes, je ne nie donc pas du tout, bien au contraire, un apport important dans le jazz des 50's de percussions (et percussionistes) "importés" de Cuba (avant Fidel donc) et de cuivres arrangés à la sauce latino. Ca ne nous rapproche pas pour autant de la musique trad yardie et encore moins du boogie/shuffle/ska des origines.

Mais, je peux me tromper et j'attends volontiers d'autres arguments étayés par un peu plus que "j'ai l'impression" Wink

slide
Producer

Nombre de messages : 582
Localisation : dans la coulisse
Date d'inscription : 01/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'influence du Trombone Jamaiquain dans le Jazz

Message  slide le Mer 11 Fév - 16:44

vil1 a écrit:... Je prépare une émission radio spéciale sur Vin Gordon et l'influence du Jazz Jamaiquain.

Je voudrais accès mon analyse sur son apprentissage, sa position dans le temps (en studio dès 1964), enfant de l'alpha boys school et contemporain de Don Drummond. ...
Pour conclure (ouf, bravo à ceux qui ont tenu le coup Sleep ), je pense que ce titre "L'influence du trombone jamaïcain dans le jazz" est une contre-vérité historique.

Si tu tiens à aborder le jazz et la Jamaïque, "L'influence du jazz dans le trombone jamaïcain" me semble donc plus approprié. Et toujours dans cet esprit, à travers la personnalité et l'oeuvre de Donald "Don" Drummond.

Si, par contre, tu tiens à aborder la carrière de Vincent "Vin" Gordon, oublie le jazz. Comme Rico, mais plus brutalement (moins poli et polissé Mr. Don D Jr !), "bloooooddddddccclllllaaaaaaaaaaaaattttttttt, me don't play jazz, me play REGGAE".

sources à consulter:
- interview Vin Gordon in Ragga, octobre 2006:
intéressante et colle bien à ce que j'ai pu découvrir de lui et discuter avec lui les 2-3 fois où je l'ai rencontré, dont 1 fois, pendant plus de 3 heures, freestyle

anecdote: contenu mp3 de son mobile: sa prod en devenir "Gordon In The Garden" (qu'il me pressait d'écouter à même le HP du mobile, ce qu'il n'a pas du me dire 2 fois / j'ai dû faire attention de pas baver sur son coude !, tête contre tête à "décoder" le brouillon brouillé de son futur CD) et et et ... que du Don Drummond par ailleurs, qu'il faisait "hurler" dans le backstage en gesticulant et apostrophant Lloyd Knibbs (qui lui, se contentait d'opiner avec un sourire de satisfaction !)

- article "spécial Don Drummond" par Hélène Lee in L'Affiche, Hors-Série Reggae, décembre 2000:
un must, toujours aussi bien documentée Mme Lee (respect); elle a abondamment enquêté sur Don D dont elle est fan totale / sa (ou ses ?) rencontre avec Sister Ignatius devait être riche en renseignements, anecdotes et témoignages !, elle a également assisté à un séminaire à l'Uni de Kingston sur Don Drummond, séminaire ayant fait appel aux témoignages de vétérans et autres exégètes, pas plus de détails malheureusement)

- toujours sur Don D, de larges passages à son sujet dans "Le premier rasta" (toujours Mme Lee) / elle évoque à sa façon la fin de la vie de Don D et y apporte, comme souvent, un regard un brin iconoclaste parfaitement étayé (et avec tous les doutes et circonspections quand il y a lieu) bounce


Dernière édition par slide le Mer 11 Fév - 17:25, édité 1 fois

slide
Producer

Nombre de messages : 582
Localisation : dans la coulisse
Date d'inscription : 01/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'influence du Trombone Jamaiquain dans le Jazz

Message  Brunoche le Mer 11 Fév - 17:21

moi aussi j'ecoute !

votre sujet est tres passionnant ! Very Happy
merci
j'attend la suite....
so...

Brunoche
Reggae Star

Nombre de messages : 1640
Age : 45
Localisation : Ile de Mayotte
Date d'inscription : 03/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'influence du Trombone Jamaiquain dans le Jazz

Message  slide le Mer 11 Fév - 17:23

brunoche, stp No

flower

slide
Producer

Nombre de messages : 582
Localisation : dans la coulisse
Date d'inscription : 01/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'influence du Trombone Jamaiquain dans le Jazz

Message  Bagga Lion le Mer 11 Fév - 20:32

Ouais très intéressant tout ça !

Et le trombone c'est chaud... http://www.youtube.com/watch?v=wq6J4EfMh-s Rolling Eyes Very Happy

Non sérieux c'est LE cuivre !

Bagga Lion
Producer

Nombre de messages : 633
Age : 36
Localisation : Suisse
Date d'inscription : 01/10/2008

http://www.myspace.com/baggalion

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'influence du Trombone Jamaiquain dans le Jazz

Message  Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 15:12


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum